TAFTA: où l’on joue les papilles contre les neurones

Faut-il réfléchir avec ses papilles ou avec ses neurones?
Je ne suis pas expert en sciences cognitives. Pourtant, mon conditionnement m’incite à placer ma confiance dans les neurones. S’agissant du TAFTA, traité trasatlantique de commerce et d’investissement, il convient de reconnaître les opérations idéologiques engagées pour amener nos concitoyens à se prononcer à partir de leurs papilles, que l’on idéalise, plutôt qu’à partir de leurs neurones.
Le dernier exemple en date de cette propagande concerne le « saladegate », ainsi qu’un journaliste l’a qualifié dans une interview d’un certain M. Légasse, publiée il y a quelques jours dans les colonnes du Figaro sous le titre : « Les salades, le TAFTA et la voyoucratie européenne ». Il a, un tel titre, pour intérêt de se détacher d’un certaine pondération et de mettre les pieds dans le plat.

L’amalgame y est fait entre ces trois prolégomènes – salades, mal-bouffe, Europe – qui mènent, comme l’âne qui trotte, à une condamnation du TAFTA. Le traité trasatlantique reste cependant de la compétence exclusive de la Commission.

A partir de ces traces de pesticides décelées dans des salades, M. Légasse aboutit à la condamnation de l’Europe. La démonstration est imparable. En effet, selon l’organisation écologique « Générations Futures », 16% des salades vendues en France contiennent des traces de produits chimiques interdits en France. Nous apprenons même, de la lecture de cette interview, que le péril sur les salades proviendrait surtout de l’Espagne, avec une exception pour la Catalogne et le Pays Basque.

La patrie du piment d’Espelette
est en danger

Aux armes, citoyens! La patrie du piment d’Espelette est en danger. Si on en croit les Cassadre, on empoisonne donc les consommateurs français à leur insu. Un complot agro-industriel fomenté quelque part entre Bruxelles et Washington est en cours.
José Bové, en 1999, avait démonté le Mc Do de Millau. C’est le point de départ, à partir de la dénonciation de la « Mal-Bouffe » symbolisée par la major du fast-food mondial, d’un processus de radicalisation qui ne montre ni son vrai visage ni sa vocation idéologique. Il exalte le sentiment et l’aspiration légitime pour la gastronomie et des aliments sains pour aboutir à affaiblir et culpabiliser l’industrie agro-alimentaire française, pourtant un de nos fleurons, à qui est due dans un premier temps l’auto-suffisance alimentaire au sortir de la seconde guerre mondiale et dans un second temps des résultats probants en terme de commerce extérieur et de valorisation.

La radicalisation de la pensée autour de la « bien-bouffe », ce concept fielleux qui mériterait que l’on s’accordât un peu de recul, et les peurs nourries sur nos alimentations produisent des effets démocratiques désastreux et fournissent, dans un contexte hyperphobique et de défiance généralisée, un levier à des forces engagées à détruire l’Europe dite « libérale ».
Le Traité Trasatlantique a-t-il la puissance pour sceller la nature de l’Europe? Il lui fournit certainement un potentiel à un moment critique.

Il est permis, bien sûr, d’être hostile au TAFTA. Mais il faut l’être argument contre argument et non sur des plans idéologiquement et moralement que l’on organise de sorte qu’ils soient biaisés. Ici, pourtant, c’est le manichéisme qui est à l’oeuvre. Le bien, c’est le « petit » et rebelle, comme en a témoigné le mouvement, il y a quelques mois, autour du barrage de Sivens dans le Tarn. Le mal, ce sont les géants de l’agro-alimentaire, même si derrière elles il y a des filières entières et des exploitations.

Ici, un enjeu essentiel est délibérément masqué, en l’occurrence le fait que ce TAFTA signerait une défaite pour le Kremlin. Il faudrait être naïf en effet pour ne pas considérer que l’intérêt de Moscou réside dans l’échec de ce traité et la faillite de l’Europe, seuls à même de placer la Russie nationaliste au centre du jeu. Sacrifier le TAFTA ne serait pas sans conséquences. Les Européens devront les assumer.

Derrière le génétiquement
et le chimiquement pur,
une dictature à venir
celle de l’idéologiquement pur

J’ai écrit, dans une précédente contribution, qu’il faudrait peut-être, afin de remettre l’Union Européenne sur son axe, un vote simultané de l’ensemble de ses citoyens sur le TAFTA.
J’y vois l’opportunité d’un resaisissement autour d’un destin commun,  la réaffirmation d’une confiance en l’avenir, et l’occasion, enfin, d’aller au-delà des ronronnements de la politique agricole commune qui est arrivée au bout de sa vocation et doit être transcendée.
Mais le TAFTA ce n’est pas que l’agriculture, sur laquelle on inocule volontairement le soupçon. Le TAFTA, c’est le commerce et l’investissement, et ramener notre souveraineté à quelques traces de pesticides  sur des feuilles de salades, comme cela vient d’être fait, est de toute façon pathétique.
Cela témoigne de l’affaissement de notre intelligence collective, de la démission des intellectuels, de la décrépitude de nos politiques.

Quelles que puissent être les craintes sur la vitalité et le discernement de nos démocraties, c’est peut-être là le seul moyen de mettre un terme à des déstabilisations et des manipulations au long cours, qui ont pris les opinions publiques en otage de leurs peurs, qui se développent, en toute impunité, aujourd’hui autour d’un concept de génétiquement et chimiquement pur, qui n’est pas loin de préparer les esprits à une dictature, celle de l’idéologiquement pur par opposition au marché qui est protéiforme, qui est contact, invention et échange.

Bien à vous.

Publicités
Tagué , , , , , ,

Une réflexion sur “TAFTA: où l’on joue les papilles contre les neurones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :