L’iran introduit contre l’Arabie Saoudite la notion de « crime contre les pélerins »

Si le sort de la paix du monde, pour les années à venir, se joue actuellement au Moyen-Orient, la tribune de l’ONU a New-York a permis à l’Iran d’exploiter ce qui demeure, a-priori, un tragique drame, survenu lors du pélerinage à la Mecque, pour mettre la pression sur l’Arabie Saoudite.

Devant l’assemblée générale de l’institution, le président iranien, Hassan Rohani, a demandé l’ouverture d’une enquête, qui a été déjà ouverte par les autorités saoudiennes.
Selon l’agence de presse iranienne Fars, il reste à ce jour plus de 300 pélerins Iraniens dont la République Islamique n’a pas de nouvelles. Parmi eux, Ghazanfar Roknabadi, ancien ambassadeur de la République islamique au Liban.

Une nouvelle notion introduite,
celle de « Crime contre les pélerins »

La République islamique, par l’intermédiaire de son procureur général, Ebrahim Raisi, a dit son intention de demander au tribunaux internationaux d’engager des poursuites « visant les Saoudiens pour leurs crimes contre les pèlerins », ce qui constitue une notion juridique inédite. Selon lui, « ce n’est pas de l’incompétence, c’est un crime », a-t-il ensuite affirmé, développant une dialectique qui ne doit peut-être pas grand chose au hasard, à la radio-télévision iranienne.

Cette initiative répond au trouble que jette la série d’incidents qui émaille cette édition du Hajj, jusqu’au drame de Mina et ses centaines de morts et de blessés, imputé officiellement, à cette heure, à une gestion défaillante des circulations.
Depuis le drame, qui atteint la légitimité du Royaume protecteur des Lieux-Saints, plusieurs voix se sont élevés y compris pour remettre en cause ce statut si particulier de la monarchie saoudienne.

J’assume mon analyse et mes réflexions précédentes, publiées dans ce blog, pour attirer l’attention sur le fait que le moyen le plus efficace de renverser le royaume wahhabite est porter atteinte à son crédit ici.
C’est ce à quoi s’emploie, par opportunisme ou par stratégie, l’Iran chiite. Il bénéficie indéniablement du retentissement de l’événement. dans l’ensemble des pays musulmans et de relais dans l’Occident, aux opinions publiques et médiatiques sensibilisées au sort du jeune Chiite Ali Al-Minr et peu attentives aux mouvements de fond qui pourraient y être décelés.

Où sont passés les Iraniens disparus?

Reste, dans ce contexte, à savoir ce qu’il est advenu des 300 Iraniens à ne pas faire partie du bilan et dont l’Iran déplore la disparition. Mystère.
Où sont donc passés les Iraniens disparus?  Peut-être sont-il interrogés par les autorités car quoi qu’on puisse penser du Hajj, l’honnêteté intellectuelle ne peut que difficilement se satisfaire pour expliquer une telle tragédie d’une sorte de malentendu…
La théorie du complot, après les attentats du 11-09-2001, s’est propagée à partir de fantasmes beaucoup plus irrationnels.
Je subodore, ayant confiance dans l’intelligence des services dédiés, que ceux-ci qu’ils soient en France, en Europe, aux Etats-Unis, analysent ces derniers événements et leur exploitation avec attention.

Bien à vous.

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :