En finir avec l’imposture du Front National

Manuel Valls a raison lorsqu’il a appelé « à reconstruire une grande partie de la République ». Il y a nécessité de rénover l’esprit républicain et de lui insuffler la vie qui lui manque. Cela est l’essentiel pour faire sombrer le Front National, naviral-amiral d’un mouvement politique qui s’est érigé, en symbiose avec la Russie de Poutine, en figure de proue anti-européenne.
Nous avons affaire au plus grand enfumage de l’histoire avec d’un côté l’ambition de la Russie sur l’Europe et de l’autre, celle de l’Iran sur le Proche et Moyen-Orient. Ce que les sovietiques n’ont pu réaliser, la Russie nationaliste et la Révolution Islamique d’Iran sont en passe de le réussir, avec la complicité d’un djihadisme avatarisé.

Le Premier ministre, le président de la République – comme sans doute de nombreux hommes et femmes politiques qui ne se sont pas laissés happer par la violence des attentats du 13 Novembre dernier pour se livrer à de vaines surenchères sémantiques- ont pris conscience que nous avions besoin, en France mais partout dans le monde, d’un élan et d’une adhésion à un idéal, à une culture vitale, que la République a cessé d’incarner aussi bien qu’elle le doit.

J’ai choisi, depuis assez longtemps, de placer mon propos à la racine de mon espérance pour mon pays, pour mon pays au sein de l’Europe, pour l’Europe au sein du monde et pour le monde pour lui-même. C’est pour cette raison que j’ai invoqué une renaissance et que je m’en suis fait, à partir d’une parole que je me suis efforcé de clarifier, le modeste mais néammoins résolu artisan.

Il est temps pour les Français – au sujet desquels j’ai écrit il y a quelques mois qu’ils ne pouvaient invoquer devant l’Histoire un droit de retrait illisoire – d’épouser leur temps. Ils se le doivent. Ils le doivent à leur jeunesse éperdue parfois, désoeuvrée, désorientée aussi par une classe politique et les médias qui longtemps se sont laissés aller à galvauder les enjeux, à scléroser le sens de la République, à ramener jalousement le sens des choses à leurs propres intérêts.
Cette carence n’est pas notre apanage. L’Europe en souffre. Le monde en souffre.
Ce fut, je le crois, le début de nos malheurs que d’accepter cette tyranie politico-médiatique et, en prendre conscience, marquera aussi, la possibilité de mettre fin à ce cycle du désespoir.

Il y a pour plusieurs générations – la COP21 en témoigne de par les enjeux qu’elle soulève en termes de défis climatiques, alimentaires, énergétiques, démographiques – un travail considérable à réaliser pour déterminer ce que sera la nature du monde dans lequel nous et notre postérité sommes et seront condamnés à vivre. Selon les fondations que nous lui établirons, il sera prospère, ouvert, vivable ou il le sera beaucoup moins et ne sera alors source que de désordres et de discordes infinies.

Le Front National est à la politique
du XXIe siècle ce que les médecins
du Malade Imaginaire

étaient au temps de Molière

Certains s’y complaisent car le désordre, comme la discorde, est leur mode de vie et de pensée. L’anathème est leur mode de développement afin de constituer leur empire sur chacun de nous. En s’y adonnant, ils sont parvenus à imposer une relation perverse à la vérité, aux autres, et plus la discorde croît plus leur pouvoir croît lui aussi.
C’est ce phénomène qui fait le succès du Front National et de tous ces courants nationalistes qui se coagulent autour de nos désespérances qu’ils prétendent soigner, comme les charlatans qu’ils sont, par la haine de l’autre, par des idées simplistes qui dissimulent, cependant, une stratégie tortueuse.
Le Front National est à la politique du XXIe siècle ce que les médecins étaient au temps de Molière. Pour soigner les maux de notre temps, qui sont réels, le Front National a une recette et une seule. « Clystérium donare, postea saignare, ensuita purgare »*, assurait Argon, dans Le Malade Imaginaire. Le Front National, lui, martèle « Souveraineté, fermeture des frontières, fin de l’Europe ».

Il faut en finir avec l’imposture que représente ce parti, son courant d’idées si nocives et le discours qu’il a réussi à construire et imposer à un pan aussi large de notre société. Il faut se libérer du FN comme la société de Molière a su se libérer des imposteurs de la médecine.

Mais avant cela il convient de lui faire crédit de son intelligence. Elle n’est pas dans les remèdes qu’il prétend devoir être ceux qui nous garantiront des jours meilleurs.
Non, ce dont il faut faire crédit au FN et à l’ensemble des forces politiques qu’il recouvre et influence, c’est la parfaite adéquation de sa posture aux intérêts de la Russie qui, pourtant, est fondamentalement hostile à l’Europe que nous construisons, pierre par pierre, depuis des décennies.
La première des impostures pour le FN, c’est de se déclarer champion de la souveraineté nationale alors qu’il la livre aux intérêts russes que ce soit sur l’intégrité européenne, la question de la Crimée et plus encore la question syrienne.

On ne peut pas décrèter la fin du FN. Nul n’a ce pouvoir.
Seuls celles et ceux qui lui fournissent actuellement leur soutien peuvent crever l’abcès en lui retirant la sympathie qu’ils lui accordent, en se détachant de l’attraction  à laquelle ce parti a su les soumettre pour discerner ce que ce parti porte en lui, au delà des idées simplistes, ignobles et radicales qu’il met en tête de gondole.

La vérité sera nécessairement
dévastatrice et implacable

Jusqu’à quel point nos compatriotes accepteront-ils d’abandonner leur lucidité pour mesurer à quel point l’adhésion aux intérêts de la Russie est aussi infâmante que pouvait l’être celle du PCF du temps de Staline.
Car le Front National s’inscrit dans cette alliance morale et politique qui réservera à ces électeurs de grands désenchantements.
Et cette perspective ne mérite aucune désinvolture, même si chacun est libre – je le reconnais – de s’abandonner à la griserie que sait procurer ce parti.

J’ai déjà dit et répété ce que je pensais de la stratégie opérée par la Russie et l’Iran. Elle me semble on ne peut plus lisible. et, d’une certaine façon, elle se trouve illustrée par l’enjeu que représenterait la chute de Bachar El-Assad. Je pense que ce qui concentre sur le maître de Damas tant d’enjeux a trait aux secrets qu’il détient et sur la manière dont ces deux puissances, la Russie et l’Iran, ont instrumentalisé, avec probablement la main syrienne, le terrorisme pour satisfaire leurs ambitions hégémoniques.

Aucune preuve, certes, mais trop d’éléments, à mes yeux, les trahissent désormais, ce qui permet de remonter -au delà des évènements disparates et de ce qu’ils se tuent à implanter dans nos cerveaux – à une structure stratégique. Elle peut ne pas être visible. Mais elle ne peut pas être incohérente.
Qui peut sérieusement croire à la cohérence d’un projet de califat installé en Irak et au Levant?
Cela ne fait pas trop de place au doute sur la réalité comme l’importance des intérêts qui motivent ce qui se passe réellement.
Il faudra se souvenir de ceux qui, parmi nous, au sein de notre nation, ont milité afin de nous imposer ces alliances contre-nature.

Loin de moi l’intention de priver quiconque de sa liberté de choix ou de sa liberté de se tromper. Mais, réfléchissez bien sur ce à quoi chaque suffrage obligera à assumer. Je crains, pour ceux qui s’y livreront, une épreuve difficile, celle de la vérité qui finira par éclater.
Elle sera nécessairement dévastatrice et implacable. Elle sera surtout regénératrice pour le monde qui a besoin de toute autre chose, à tous les niveaux, que d’instigateurs et de basses oeuvres, perpétrées par les acteurs d’un terrorisme aussi ravageur que dérisoire au plan de l’histoire,  pour accomplir ce qu’il doit.

Mon entreprise, sur ce blog, porte mes argumentaires.

*Utiliser le clystère, puis saigner et enfin purger.

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :