Palmyre, mon amour

orient_news_net.png

Dans son édition du 26 mars 2016, le site internet l’Orient New.net pose la question. « Est-ce que ISIS traite les menaces terroristes du Mufti d’Assad en Europe?« , en s’interrogeant, dès la première ligne de son article, sur la cécité des médias occidentaux.
« Je ne sais pas pourquoi les médias occidentaux ont fermé les yeux sur les menaces qui ont été faites par le Grand Mufti d’Assad, Ahmad Hassoun, en Octobre 2011. Ces menaces dangereuses, émises par la plus haute autorité religieuse du régime Assad, ont été diffusées dans les médias occidentaux qui n’ont pas mesurées la menace réelle sur la sécurité de l’Europe. Le mufti est seulement un employé pour les services de sécurité [du régime syrien] et aucun employé mineur n’est autorisé à donner des instructions sans consulter les gens plus élevés, sans parler de l’émission de la menace terroriste par la plus haute autorité religieuse dans le pays. », écrit Faisal al-Kasim, journaliste de nationalité anglo-syrienne, présentateur d’Al-Jazeera et de CNN Arabic.

Il y a quelques jours, au soir des attentats perpétrés par Daesh,  cette vidéo qui montre ce mufti apparenté au régime de Bachar El-Assad est remontée dans les réseaux sociaux.
On y voit donc Ahmad Hassou, qui avait été identifié par CBS News, au moment de cette diatribe, proférer des menaces très précises à l’encontre de l’Europe et des Etats-Unis, si le régime de Bachar El-Assad subissait une agression. « Au moment où le premier missile touchera la Syrie, tous les fils et filles de Syrie et du Liban se lèveront pour devenir des  martyrs sur les sols européens et palestiniens. Je dis à tous les Européens et à tous les Américains: nous préparons des martyrs qui sont déjà parmi vous. Si vous bombardez la Syrie ou le Liban, à partir de maintenant ce sera « Oeil pour oeil, dent pour dent ». Celui qui a porté le premier coup est le plus injuste et vous êtes ceux qui apportent l’injustice. Je dis à chaque arabe et à tout être humain: « Ne pensez pas que les gens qui vont commettre des actes de martyrs en France, en Grande-Bretagne et aux USA seront des Arabes ou des musulmans. Ce seront des nouveaux Jules Jammal  (NDR: des références de la Libération syrienne) ou des nouveaux Muhammad Al-Durrah (NDR: référence à la seconde intifada). Ils seront tous comme les Justes (du passé). Je vous préviens de ne pas venir près de notre pays. », a lancé le mufti de Bachar El-Assad.
Depuis 2011, avons-nous changé notre fusil d’épaule? Non, au contraire, Bachar El-Assad est considéré comme un obstacle au règlement de la question syrienne. Il l’est sans doute au-delà, ce qui lui vaut la valeur qui lui est accordée par l’Iran et la Russie.

« Nous avons observé comment les services secrets d’Assad ont libéré des centaines d’extrémistes des prisons dès le début de la révolution afin de dévier bon chemin de la révolution et de la présenter aux yeux des Syriens et du monde comme une révolution des terroristes et des infidèles, et non pas celle d’un peuple. Quelle est la relation entre les membres de ces groupes extrémistes – qui ont été libérés des prisons par Assad – avec les terroristes qui terrorisent l’Europe, et ceux qui Ahmad Hassoun a menacé d’utiliser pour terroriser l’Europe en 2011? », interroge Faisal al-Kasim, qui s’exaspère de ne pas voir le secrétaire d’Etat américain accuser le régime Assad, d’être responsable de l’apparition d’ISIS en Syrie. Il appelle les Européens à revenir aux menaces du Grand Mufti de Syrien 2011 et de juger par eux-mêmes.
Cette question, je l’ai posée. Je l’ai élargie, parce qu’elle mérite de l’être aux protagonistes (Iran, Syrie, Russie) mêlés dans l’histoire brûlante du djihadisme moderne. Celui dont il est dit qu’un syrien, Abou Moussab Al-Souri , libéré des geôles syriennes en 2011, en est le doctrinaire.

Hollywood peut se rhabiller.
Il y a, en Iran, en Syrie, en Russie,
des Cecil B de Mille qui s’ignorent.

Nous pouvons nous féliciter de la libération de Palmyre, pour peu qu’elle soit confirmée. Tout un courant de pensée nous y invite. Les Russes, qui incarneraient l’efficacité à l’état pur, y ont été décisifs.
Nous avons, en France, en Europe, un ensemble de forces politico-médiatiques qui nous exhortent à changer nos alliances et nos valeurs. Même l’Amérique se révèle, via la figure d’un Trump, sensible à cette rhétorique.
Palmyre, mon amour… Combien de papiers, d’articles, d’images diffusées par Daesh, pour alimenter l’écoeurement et soulever l’indignation bien plus efficacement que les images de bombes chimiques utilisées par le régime sur les populations, ou encore que les 20000 photos de tortures et d’éliminations sommaires qui étaye le futur dossier de mise en accusation  du président syrien lorsqu’il sera déféré devant la justice pour crime et conspiration  contre l’Humanité.
On veut voir Palmyre mais on ne veut pas entendre César, cet ex-photographe de la police militaire ex-filtré. Lui est instrumentalisé, Palmyre ne l’est pas, quand le sort de l’antique cité a vu nombre d’islamologues patentés gloser indéfiniment, et avec quel talent, sur les atteintes au patrimoine de l’humanité et la volonté de nier le pré-Islamisme, renvoyant ce stigmate au wahhabisme et au salafisme.
Les Talibans nous avaient fait déjà le coup.
Nous avions le coeur lourd devant les Bouddhas de pierre et déjà, il l’était moins pour les exécutions et l’asservissement des populations. Dommage que les centaines et dizaines de milliers de personnes affamées, écrasées par le régime de Damas, ne figurent pas, elles-mêmes, au patrimoine de l’Humanité.

Je crois que les atteintes à Palmyre ne sont pas autre chose que des artifices de communication et que Palmyre, est le symbole de la civilisation menacée par Daesh, qui s’est délibérément proposé, ici comme dans de plus sanglantes démonstrations, dans une posture de barbares, ne respectant ni la vie, ni l’histoire.
On n’est pas loin, je le crois, de la cinématographie, en ce sens que daesh produit les images et les séquences nécessaires au scenario qui nous est vendu, et dont on est incapable de s’extraire car nous verrions alors l’histoire différemment.
Hollywood peut se rhabiller. Il y a, en Iran, en Syrie, en Russie, des Cecil B de Mille qui s’ignorent.
C’est dommage pour le cinéma.
C’est tragique pour l’Humanité.

Il y a beaucoup à dire sur ce qui se passe au Yemen. On peut en extraire un modèle.

Bien à vous.

 

Publicités
Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :