Archives de Catégorie: Sécurité collective

Poutine suspend un accord sur les stocks de plutonium militaire

Vladimir Poutine a signé ce lundi 3 octobre un décret suspendant un accord signé en 2000 et amendé en 2010 avec les Etats-Unis. Ce décret portait sur la limitation des stocks de plutonium destinés à la fabrication d’armes nucléaires et prévoyait alors que chaque camp devait éliminer 34 tonnes de plutonium. Selon Hilary Clinton, secrétaire d’Etat au moment de la signature de l’accord, dit du PMDA (Plutonium Management and Disposition Agreement),  les quantités disponibles étaient suffisantes cependant pour équiper 17000 armes nucléaires. [Source Tribune de Genève]

Vladimir Poutine ne considère apparemment pas, ou veut nous le faire croire, ce volume suffisant.
Le décret présidentiel souligne dans son préambule que cette décision est justifiée par « l’émergence d’une menace sur la stabilité stratégique, résultat d’initiatives inamicales de la part des Etats-Unis d’Amérique à l’égard de la Fédération de Russie ».

La Glasnost, avec sa succession continue de gestes bilatéraux pour le désarmement nucléaire, semble désormais a des années-lumières. En fait de transparence mutuelle, c’est à un jeu d’ombres périlleux que la Russie nous condamne en se posant, en permanence, dans un statut de victime.

Un statut de victime d’un impérialisme qui serait placée par conséquent dans la situation légitime de pouvoir défendre ses intérêts face aux Etats-Unis qu’elle avait placé, dans sa stratégie de sécurité nationale, en 2015, au rang des menaces. Tout comme l’OTAN, désignée en permanence comme l’ennemi qui créé la tension.

« La Fédération de Russie, en conduisant sa politique intérieure et étrangère de manière indépendante, entre en conflit avec les Etats-Unis et ses alliés, qui cherchent à maintenir leur domination dans les affaires internationales. », était-il écrit dans le marbre de la doctrine de sécurité nationale.

Un an après, un cran supplémentaire est enclenché. Poutine s’enferre sur l’Ukraine. Poutine s’enferre sur la Syrie. Et il s’enferre même s’agissant des conclusions de l’enquête sur la destruction, le 17 juillet 2014, de l’avion de Malaysian Airlines et de la mort de ses 298 passagers et membres d’équipage.

Il faut que craindre que la décision du Kremlin sur le nucléaire militaire marque un tournant  en terme de sécurité collective. Il dépasse la notion de la reprise de guerre froide et les questions de défense purement stratégique, aucun des dispositifs ne pouvant être pris au dépourvu.

Mais un de ses impacts non négligeables, au moment où la communauté internationale éprouve tant de difficultés à obtenir de la Corée du Nord, voire de l’Iran, du Pakistan ou de l’Inde, l’abandon de toute prétention en matière de prolifération nucléaire, tient au fait qu’un membre du Conseil de Sécurité de l’ONU s’affranchit des accords qu’il a lui-même signé alors qu’il dispose, à n’en pas douter, d’un potentiel de dissuasion suffisant et d’un droit de véto au Conseil de Sécurité de l’ONU pour se faire respecter, s’il ne s’agissait que de cela.

C’est plus qu’un accroc, c’est une porte ouverte sur l’inconnu avec la perspective, au bout des manoeuvres d’intimidation auquel concourt ce nouvel acte, du retour et de l’extension potentielle du régime de la terreur nucléaire.

 

 

Tagué , , ,