Archives de Tag: Humanité

Nul n’est prophète en son pays

La vérité seule sera réconciliatrice et de nature, par conséquent, à purger le monde de l’excès effroyable et sanguinaire de la violence djihadiste et de toutes les autres à venir.
Si nous acceptons le mensonge, les faux-semblants, si nous acceptons un statu quo bâti sur un socle bancal, alors il nous retombera dessus.
Ceci est valable pour la Syrie, comme cela l’est tout autant pour le régime qui asservit l’Iran à une révolution qui arbore fièrement son ambition islamique ou pour la Russie de Poutine qui s’est faite une spécialité de nager dans les eaux troubles.
Mais la vérité n’intéresse pas grand monde.
Est-ce la démocratie devenue médiatique qui nous écarte autant de ce goût alors qu’elle devrait nous y maintenir?
Peut-être. Lire la suite

Publicités
Tagué , , , ,

Quitter Athènes

Le choix honorable de ceux qui possèdent est d’être ce qu’ils ont. L’opportunité de ceux qui n’ont rien est d’être ce qu’ils sont, et non pas d’être la simple envie d’être ceux qui ont.
Il y a une crise de valeurs en ce monde. On ignore jusqu’où elle peut aller. C’est une crise inacceptable, qui par moment peut sembler insoluble compte tenu de la variété des intérêts et des légitimités qui s’y manifestent. Pour la satisfaire, et maintenir le système, des gens qui ne le méritent pas sont exclus. Lire la suite

Tagué , , ,

L’humanité doit devenir adulte

La qualité et la pertinence des devoirs que l’on s’assigne, c’est cela qui fait la réalité de la valeur d’une civilisation. Les crises constituent les épreuves par lesquelles nous sommes fondamentalement interrogés sur notre potentiel de grandir, de nous transformer, de nous améliorer.

Lire la suite

Tagué , , , ,

Le pouvoir de la vieillesse face au rajeunissement

« Le vote FN n’est pas immoral », a cru devoir dire, hier soir, Nicolas Sarkozy, président des Républicains.
Décidément, la politique telle que ce système politico-médiatique l’a transformée et l’a fait subir, collectivement, à notre pays est un naufrage et, plus encore, une vieillesse de l’âme.

Le Gaullisme, dont tous aujourd’hui se réclament de la gauche au FN, n’a jamais consisté en autre chose pourtant que la modernité du regard, une sorte de revivifiance. C’est ce qui lui a fait refuser Vichy et sa compromission, Vichy et son esprit national. Aujourd’hui, la politique qui organise et régit la vie civile par des cycles et des remous partisans s’apparente davantage à une infirmité. Le Front National la porte à son comble.

J’ai a du mal à imaginer une condescendance telle que celle à laquelle se laisse aller le président des Républicains de la part des grands hommes. Je veux dire de ceux et celles qui ont fait l’histoire. Eux bataillent pour la vérité, et quand elle est mal en point, ce qui est apparemment notre cas, ils engagent leur force, leur sincérité, leur acuité, pour la restaurer plutôt que d’accorder aux métamorphoses insensées qu’elle prend le privilège de nous entraîner tous dans ses courants.

Le pape François vient d’engager le jubilé de la Miséricorde au même moment mes compatriotes considèrent, ainsi que Le Figaro en fait état, à 81% « que la laïcité est «en danger» et sont favorables à l’interdiction du port du foulard islamique pour les mères accompagnatrices de sorties scolaires, selon un sondage Ifop pour le Comité national d’action laïque (Cnal) publié aujourd’hui. Alors que la République fête aujourd’hui le 110e anniversaire de la loi de 1905 séparant les Eglises et l’Etat, seuls 48% des sondés jugent ce texte «équitable» (-6 points en dix ans) tandis que 38% l’estiment dépassé (-8 points). Ils sont 59% à le trouver «utile» (-6 points). »

Chacun se construit avec ce par quoi il accepte que son esprit soit frappé. Les médias participent à imprimer une perception de la réalité chez nos concitoyens. Ils sonnent les individus, plutôt que de les éveiller à leur propre discernement.
C’est une grande trahison.

La Laïcité est une intelligence et cette intelligence mériterait d’être mieux explicitée, sans doute. Au contraire, obéissant à leurs pulsions, les Français veulent transformer la laïcité en un totalitarisme appliqué à la sphère publique entière. Ce n’est pas, dans l’esprit comme dans la loi, ce que la loi de 1905 dispose.

Tout résoudre par le profane. Tout incriminer par le sacré. Cette tentation ramène à une phrase prêtée à André Malraux, que l’auteur de La Voie Royale récusa cependant. « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ». Jean-Paul II, en 1994, concluera son adresse « Entrez dans l’espérance » par cette adresse.

André Frossard, qui est à l’origine de cette citation devenue apocryphe, a jugé utile de s’expliquer. «je n’ai jamais eu que cinq ou six conversations privées avec [André Malraux], mais ce fut chaque fois pour l’entendre parler de religion, et je suis tout à fait sûr d’avoir été le premier à recueillir sa fameuse formule sur le XXIe siècle, que l’on déforme aussi souvent qu’on la cite. Il ne dit pas : “Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas.”, mais “Le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas.” ce qui n’est pas tout à fait la même chose.». Source André Malraux.org

Qu’il s’agisse de « mystique » ou de « religieux », cette formule entre en résonance avec l’état du monde et la dégradation dans laquelle il est entraîné progressivement, sans que nous ayons conservé le goût si vital et la conscience suffisamment aigüe, pour en entendre, même si elle vient de loin,  la pleine actualité.

Convenons-en: on ne peut pas espérer d’une époque en particulier qu’elle sera plus intelligente que d’autres. Prisonniers de leur propre instinct de mort, les hommes se succèdent en effet sur cette terre en renouvelant précipitamment leurs chaînes sitôt que la liberté entr’ouvre devant eux la réalité et l’appel d’un monde meilleur, d’un monde en mouvement, qui réclame notre cohésion, notre adaptation et notre adhésion, afin de nous faire gagner en justice, en fraternité, en humanité, en équité.

Nous sommes, plus et mieux qu’à toute autre époque, dans cet appel et cette promesse du monde, reçu, comme en une seule, dans ses dimensions spirituelle et temporelle. Saurons-nous satisfaire cette si grande aspiration en lui permettant de fertiliser notre temps?
Il m’a semblé que l’Europe, en tant que notre expérience politique, était cette forge particulière.
Il est naturel qu’elle concentre tant d’ennemis, faisant feu de tout bois pour distraire nos peuples de leur devoir de discernement, mais il n’est pas naturel qu’ils soient si nombreux à cèder à leur assaut au point de haïr le présent de l’oeuvre.
C’est ce droit, que je veux bien tenir pour inaliénable si cela les satisfait, que tant d’entre nos compatriotes, avec des pairs partout dans le monde, revendiquent.
C’est le pouvoir de la vieillesse face au rajeunissement.
Nous sommes dans un temps où la politique doit changer. Doit se changer.

Bien à vous.

Tagué , , ,

En finir avec l’imposture du Front National

Manuel Valls a raison lorsqu’il a appelé « à reconstruire une grande partie de la République ». Il y a nécessité de rénover l’esprit républicain et de lui insuffler la vie qui lui manque. Cela est l’essentiel pour faire sombrer le Front National, naviral-amiral d’un mouvement politique qui s’est érigé, en symbiose avec la Russie de Poutine, en figure de proue anti-européenne. Lire la suite

Tagué , , ,

Israël fait son espoir du désespoir des Palestiniens

La Commission européenne a validé ce matin l’étiquetage des produits fabriqués dans les colonies de Cisjordanie et de Jérusalem-Est. «Toutes ces mesures visent à établir une différenciation entre les articles exportés par Israël et ceux qui sont fabriqués dans des territoires occupés en violation du droit international», a justifié un diplomate cité par Le Figaro. Lire la suite

Tagué , , , , , ,

Le temps venu de renouveler toutes choses

Les temps les plus tragiques – et celui que nous traversons porte cette marque lugubre – sont aussi les plus éloquents.
Que dit notre temps? Des choses en apparence très contradictoires.

D’abord, il manifeste une grande peur. Elle s’exprime dans tous les domaines.
Nous avons peur de l’énergie et nous avons peur d’en manquer. Nous avons peur de la mort et nous avons peur de la vie.
Nous avons peur du soleil et des comètes. Nous avons peur de la nuit. Nous avons peur de ce que nous connaissons et de ce que nous ignorons. Nous avons peur d’aujourd’hui et de demain. Nous avons peur de la maladie et nous avons peur des médicaments. Nous avons peur de la beauté et nous avons peur de la laideur. Nous avons peur de nous-mêmes et nous avons peur de l’autre.
Nous réduisons ainsi la vie à une litanie muette qui bourdonne de regrets infinis et de desseins flétris.

Lire la suite

Tagué , ,

Au large de la Sicile, le nouveau radeau de la Méduse

Le radeau de La Méduse.

Faisant sien le sujet du naufrage de La Méduse et le sauvetage d’une partie des naufragés sur un radeau de fortune, Jean-Théodore Géricault en fait une documentation précise et une puissante allégorie, visible au Louvre.

Ce qui vient de se produire en Méditerranée, c’est le radeau de la Méduse. Mais La Méduse, ce n’est pas une frégate. C’est le vaisseau de l’Humanité qui sombre. Sans pitié pour ses naufragés.

Le presse s’émeut largement aujourd’hui de la tragédie qui s’est déroulée, mercredi, dans le détroit de Sicile. Le canot pneumatique, sur lequel avaient pris place une centaine de personnes, avait quitté le 14 avril la Libye pour rejoindre la pointe sud de l’Italie. Plusieurs d’entre eux, au motif qu’ils étaient chrétiens, n’arriveront jamais au bout de leur voyage.
La Méditerranée est devenue un cimetière marin. Elle est aussi un théâtre tragique et impitoyable qui engloutit, chaque année, des milliers de migrants et autant d’horreurs dont il n’est pas sûr qu’elles nous parviennent et nous atteignent chaque fois. Mais ici, c’est le cas. Le drame humanitaire se double d’un autre drame, celui de la haine inter-religieuse et, plus probablement, même si les faits devront être caractérisés, de la haine de naufragés musulmans contre leurs semblables chrétiens, venus du Ghana et du Nigéria. Lire la suite

Tagué , , , , , , ,

Classé sans suite

Si la compréhension physique de l’univers est un domaine qui nous dépasse, pourquoi un domaine de la métaphysique ne nous dépasserait-il pas lui aussi?
Pourtant, si nous sommes incontestablement le produit d’une physique, nous nous sommes dépossédé progressivement de l’idée de pouvoir être aussi, simultanément, le produit et le siège d’une métaphysique, qui nous accorde le privilège de la conscience et de l’intelligence.
Cette rétractation de l’ordre de la métaphysique, de la transcendance, singulièrement depuis que nous avons percé ou cru percer certains de nos mystères et développé un environnement matériel avancé, augmente ses ravages que nous revendiquons comme l’ultime liberté alors qu’il se peut qu’elle ne puisse n’être qu’une insigne bravade à l’égard de ce que nous sommes, chacun individuellement et compris dans l’ensemble qu’il forme avec les autres,  dans un monde lui-même tel qu’il est, offert à la conscience que nous avons ou que nous pouvons avoir de lui. Lire la suite

Tagué , , , ,

Pour une conscience augmentée, encore combien de yotta-octets?

L’être humain est-il une marchandise, voire une machine, comme une autre? Au nom de la liberté individuelle et de l’hédonisme sacralisés s’efface progressivement l’attachement culturel, anthropologique, à la dignité de l’Homme.

Ce phénomène, que rendent sensibles de nombreux écaillages dans la structure et le socle des valeurs conservatrices de notre société, pose d’innombrables questions que la société de l’information, avec son rythme et son ivresse, déclassent.

En quelques mois, ce processus qui correspond à celui d’une déchristianisation pour reprendre un des militantismes à l’oeuvre dans notre société, a pris une vitalité inédite et obtenu des résultats « politiques » incontestables. Lire la suite

Tagué , , ,