Archives de Tag: Justice

Défense de Salah Abdeslam

Maître Berton,

Vous venez de prendre en charge la défense de M. Salah Abdeslam.
Sans m’immiscer dans la ligne de défense qui pourrait être la vôtre, je souhaite vous faire part de quelques réflexions qui pourraient vous être utiles et donner au (x) futur (s) procès, en France et en Belgique, une dimension dépassant celle qui se préfigure et qui se concentrerait exclusivement sur la dérive djihadiste de certains jeunes.

En premier lieu, s’il faut tenir grief à votre client de ses intentions criminelles, il faut aussi le remercier de ne pas avoir mis personnellement à exécution le projet funeste. Cela a sauvé des vies, dont la sienne. Cela mérite d’être porté à son crédit et de lui valoir une autre justice que celle qui consisterait à faire de lui, au delà de ce qu’il est, une fausse victime expiatoire. Car expiatoire de quoi?

Si ma théorie est exacte – et je crois utile, pour la manifestation de la vérité qui est due aux victimes des attentats de Paris comme de tous les attentats qui ont ensanglanté le monde depuis au moins le 9-11-2001, qui constitue le marqueur de cette terreur, de l’explorer – M. Salah Abdeslam est un instrument entre les mains de puissances masquées.

Je ne m’interdis donc pas de penser que M. Salah Abdeslam puisse avoir été victime d’une manipulation comme nous le sommes nous également puisque nous ne parvenons pas à discerner l’origine de ce qui a tous les traits d’un complot géopolitique, avec en son coeur la Révolution Islamique d’Iran et la complicité active de la Russie qui trouve dans ce contexte des leviers pour fragiliser l’Union Européenne. Lire la suite

Publicités
Tagué , , , , ,

Comment un juge de New-York accuse l’Iran d’être complice des attentats du 11 sept 2001

Un juge nommé George Daniels, de la Cour de district Sud de New-York, a jeté un pavé dans la mare, ce mercredi 10 mars 2016, en condamnant l’Iran à payer des dommages et intérêts pour un montant de 7,5 milliards de dollars aux familles des 2997 victimes des attentats du 11 septembre 2001, et 3 milliards de dollars aux compagnies d’assurance.
Ce jugement, rapporté en France parmi les médias principaux par le site du Point.fr, qui se contente de titrer sur la protestation de l’Iran tenant ce jugement pour « ridicule »,  prend à revers la construction intellectuelle, voire la tautologie, mise en place depuis l’émergence du phénomène du djihadisme, imputé de manière automatique au sunnisme et particulièrement à l’Arabie Saoudite. Lire la suite

Tagué , , ,

Julian Assange, ses fantasmes sont sa prison

Julian Assange est de retour. Le fondateur de wikileaks possède une compétence rare. Il a l’art de se jouer des systèmes et des Etats, ce qui lui vaut d’avoir été à la fois placé sur un piédestal et d’être consacré comme la figure de proue du mouvement des lanceurs d’alertes.

Quelle période sinistre, tout de même, que celle qui fait peser sur certains Etats, le soupçon de manipulation, d’espionnage, de complot global, et porte aux nues un personnage aussi trouble que M. Assange dont on ignore tout des desseins qu’il poursuit, en se satisfaisant, parce que cela flatte la vanité médiatique, de l’idée  qu’il est un chevalier blanc mû par l’idéal de rendre la vérité aux peuples.

Depuis hier (5/02/2016), les médias se gargarisent donc du fait qu’un comité de l’ONU considère la situation de M. Assange comme « détention illégale » et qu’il a été « arbitrairement détenu ».
Les médias, qui considèrent M. Assange comme un des leurs et ont généralement pris fait et cause pour le fondateur de Wikileaks, raisonnent d’une étrange façon car M. Assange ne fait pas l’objet d’une détention.

Il convient de ne pas le perdre de vue. A sa propre demande, il s’est réfugié, pour échapper à des requêtes judiciaires liées à une accusation de viol sur laquelle il est impossible de se prononcer a-priori, à l’ambassade de l’Equateur à Londres.

S’il y a « détention illégale », où se trouve-t-elle sinon dans le fait de cette soustraction délibérée de M. Assange aux demandes de la justice suédoise et britannique. C’est lui-même qui se détient? Ou est-ce l’ambassade de l’Equateur qui le prive de liberté?
Peut-être, avec le recul, M. Assange a-t-il fait le choix de s’enfermer dans les propres fantasmes qu’il alimente et dans lesquels il tente de nous enfermer avec lui.
Tagué , , , ,