Archives de Tag: Politique

Alstom, Très Grandes Vanités

Tout le monde, quasiment, tombe à bras raccourcis sur le gouvernement pour avoir anticipé un carnet de commandes pour sauver le site d’Alstom Belfort.
C’est oublier, un peu vite et à bon compte, combien cette décision est une co-production politique, médiatique et sociale, à laquelle quasiment tous ceux qui ont beau jeu de la dénoncer désormais ont contribué.
Sur fond de présidentielle, la dramatisation est allée bon train sur le sort d’Alstom, censé démontrer l’impuissance de l’Etat à défendre l’industrie française.
En apportant un volume de commandes de 15 TGV pour un montant de 700 M€, l’Etat a fait le job que tous lui demandaient de faire pour se le faire reprocher ensuite sur divers modes.
C’est injuste. Lire la suite

Tagué , , , ,

Réfugiés: la Turquie exerce-t-elle un chantage

Beaucoup, à droite, à gauche, au centre, dénoncent le chantage auquel se livrerait la Turquie sur la question des réfugiés.
On a besoin d’elle, mais on n’aime pas la Turquie pour des raisons qui ne sont pas forcément des plus nobles, qui ne sont pas animées par une exigence de justice et qui ne sont pas exemptes d’arrière-pensées politiques.
La Turquie accueille près de trois millions de réfugiés et nous lui demandons des efforts supplémentaires, car la gestion de l’accueil  des réfugiés compromet Schengen, met à mal la cohésion des Etats de l’UE, favorise la montée de la xénophobe et du repli sur soi. Lire la suite

Tagué , , ,

Au sujet de l’égalité réelle

Sans préjuger de ce à quoi il aboutira, ceux qui se gaussent de la création du Secrétariat d’Etat à l’égalité réelle, sont sans doute du bon côté de l’égalité formelle pour pouvoir ironiser sur un tel sujet.
Il mérite, ce sujet, notre attention.

Il y a trop de gâchis toléré au sein de la République qui devient au fur et à mesure que les crises pèsent sur elle la République des cynismes. Qu’ils soient assumés collectivement, pour des raisons qui tiennent à ce qu’est devenue, en raison de notre désinvolture, la politique, ne les rend pas plus acceptables.

La République, fondamentalement, est l’ennemie du gâchis humain et le lieu normalement d’une espérance et d’une réalisation. Elle se place hors des coteries. Elle appelle chacun à se dépasser, à porter mieux et plus haut ce qu’il est au profit de tous.

Si cet effort est vain, et que cela se vérifie, au delà du prisme de la question des origines et de la couleur de peau, par ce qu’elle honore comme par ce qu’elle méprise, j’ai le regret de vous dire que la République est profondément viciée et que ce que l’on invoque n’a que peu de choses à voir avec le serment ou le voeu d’origine.
Cela signifie alors qu’elle trahit sa propre lettre et, pire encore, elle rend intolérable le sentiment d’inégalité qui n’a pourtant pas d’équivalent pour inspirer des excellences inattendues et des entêtements fructueux.

Que les gens puissent se rendre compte et constater dans leurs vies, dans l’appréciation qu’ils se font, d’expérience, des règles qui dominent une société, et deviennent serviles, obséquieux, cela suffit à faire de cette inégalité, qui devrait participer à une saine émulation nécessaire à la dynamique d’une société, un état vécu, à raison, comme un arbitraire et comme une injustice.

Une société qui établit un tel fonctionnement, installant la conviction que les dès sont pipés,  commet une faute au coeur de ce qu’elle est et veut démontrer.
Elle met le vice à la place de la vertu.
La question qui se pose, en définitive, est de savoir si la question de l’égalité réelle sera posée et traitée sur le plan cosmétique, ce qui ajouterait une désinvolture coupable, ou comme la situation requiert, faisant d’un pays qui s’enorgueillit d’être celui des Idées celui des lubies.
Le succès que l’ironie blasée a remporté lorsque ce Secrétariat d’Etat a été annoncé est assez éloquent déjà sur l’élan auquel nous porte notre préférence collective.
Pourtant…
Pour faire fleurir un jardin, il faut aimer les fleurs.
La République doit suivre le même tropisme.
#Egalité Réelle

Tagué , , ,

Agonie des systèmes financiers

Faut-il redouter les effets de la crise financière et boursière dont témoigne la chute récente de plusieurs des indices auxquels sont attachées les places financières qui se scrutent mutuellement, recherchant les raisons de sauver ce qui reste de confiance?
Au delà des appréciations techniques, cela ressemble à des incantations vaines. Lire la suite

Tagué , , , ,

Les cycles et la permanence

Nous devrions, nous humains, nous investir dans ce qui réalise notre permanence et nous délivrer des cycles si nombreux qui nous gouvernent, car tout porte à penser que leur forme et leur pression vont s’accroître et se diversifier. Un grand nombre de nos constructions physiques et de nos modélisations sociales et intellectuelles sont liées et mues par la conscience que nous avons des cycles à commencer par ceux du temps, des saisons, de la vie et de la mort, de nos sentiments et de nos passions.
Loin de nous en émanciper, nous nous adonnons corps et âme à l’alternance de passions contradictoires, que nous avons inscrite dans le déroulement de la vie démocratique, appréhendée comme la succession de passions et d’accords partisans et idéologiques. Lire la suite

Tagué , ,

Principe de vie démocratique

La Corse, à propos de laquelle tant de nos commentateurs s’émeuvent de la signification politique de la victoire des nationalistes, a anticipé ce qui vient de se produire en Espagne, où fort hativement on proclame la fin, à partir de ce qui constitue surtout une étape de la recomposition, du bi-partisme. Lire la suite

Tagué , , ,

Le pouvoir de la vieillesse face au rajeunissement

« Le vote FN n’est pas immoral », a cru devoir dire, hier soir, Nicolas Sarkozy, président des Républicains.
Décidément, la politique telle que ce système politico-médiatique l’a transformée et l’a fait subir, collectivement, à notre pays est un naufrage et, plus encore, une vieillesse de l’âme.

Le Gaullisme, dont tous aujourd’hui se réclament de la gauche au FN, n’a jamais consisté en autre chose pourtant que la modernité du regard, une sorte de revivifiance. C’est ce qui lui a fait refuser Vichy et sa compromission, Vichy et son esprit national. Aujourd’hui, la politique qui organise et régit la vie civile par des cycles et des remous partisans s’apparente davantage à une infirmité. Le Front National la porte à son comble.

J’ai a du mal à imaginer une condescendance telle que celle à laquelle se laisse aller le président des Républicains de la part des grands hommes. Je veux dire de ceux et celles qui ont fait l’histoire. Eux bataillent pour la vérité, et quand elle est mal en point, ce qui est apparemment notre cas, ils engagent leur force, leur sincérité, leur acuité, pour la restaurer plutôt que d’accorder aux métamorphoses insensées qu’elle prend le privilège de nous entraîner tous dans ses courants.

Le pape François vient d’engager le jubilé de la Miséricorde au même moment mes compatriotes considèrent, ainsi que Le Figaro en fait état, à 81% « que la laïcité est «en danger» et sont favorables à l’interdiction du port du foulard islamique pour les mères accompagnatrices de sorties scolaires, selon un sondage Ifop pour le Comité national d’action laïque (Cnal) publié aujourd’hui. Alors que la République fête aujourd’hui le 110e anniversaire de la loi de 1905 séparant les Eglises et l’Etat, seuls 48% des sondés jugent ce texte «équitable» (-6 points en dix ans) tandis que 38% l’estiment dépassé (-8 points). Ils sont 59% à le trouver «utile» (-6 points). »

Chacun se construit avec ce par quoi il accepte que son esprit soit frappé. Les médias participent à imprimer une perception de la réalité chez nos concitoyens. Ils sonnent les individus, plutôt que de les éveiller à leur propre discernement.
C’est une grande trahison.

La Laïcité est une intelligence et cette intelligence mériterait d’être mieux explicitée, sans doute. Au contraire, obéissant à leurs pulsions, les Français veulent transformer la laïcité en un totalitarisme appliqué à la sphère publique entière. Ce n’est pas, dans l’esprit comme dans la loi, ce que la loi de 1905 dispose.

Tout résoudre par le profane. Tout incriminer par le sacré. Cette tentation ramène à une phrase prêtée à André Malraux, que l’auteur de La Voie Royale récusa cependant. « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ». Jean-Paul II, en 1994, concluera son adresse « Entrez dans l’espérance » par cette adresse.

André Frossard, qui est à l’origine de cette citation devenue apocryphe, a jugé utile de s’expliquer. «je n’ai jamais eu que cinq ou six conversations privées avec [André Malraux], mais ce fut chaque fois pour l’entendre parler de religion, et je suis tout à fait sûr d’avoir été le premier à recueillir sa fameuse formule sur le XXIe siècle, que l’on déforme aussi souvent qu’on la cite. Il ne dit pas : “Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas.”, mais “Le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas.” ce qui n’est pas tout à fait la même chose.». Source André Malraux.org

Qu’il s’agisse de « mystique » ou de « religieux », cette formule entre en résonance avec l’état du monde et la dégradation dans laquelle il est entraîné progressivement, sans que nous ayons conservé le goût si vital et la conscience suffisamment aigüe, pour en entendre, même si elle vient de loin,  la pleine actualité.

Convenons-en: on ne peut pas espérer d’une époque en particulier qu’elle sera plus intelligente que d’autres. Prisonniers de leur propre instinct de mort, les hommes se succèdent en effet sur cette terre en renouvelant précipitamment leurs chaînes sitôt que la liberté entr’ouvre devant eux la réalité et l’appel d’un monde meilleur, d’un monde en mouvement, qui réclame notre cohésion, notre adaptation et notre adhésion, afin de nous faire gagner en justice, en fraternité, en humanité, en équité.

Nous sommes, plus et mieux qu’à toute autre époque, dans cet appel et cette promesse du monde, reçu, comme en une seule, dans ses dimensions spirituelle et temporelle. Saurons-nous satisfaire cette si grande aspiration en lui permettant de fertiliser notre temps?
Il m’a semblé que l’Europe, en tant que notre expérience politique, était cette forge particulière.
Il est naturel qu’elle concentre tant d’ennemis, faisant feu de tout bois pour distraire nos peuples de leur devoir de discernement, mais il n’est pas naturel qu’ils soient si nombreux à cèder à leur assaut au point de haïr le présent de l’oeuvre.
C’est ce droit, que je veux bien tenir pour inaliénable si cela les satisfait, que tant d’entre nos compatriotes, avec des pairs partout dans le monde, revendiquent.
C’est le pouvoir de la vieillesse face au rajeunissement.
Nous sommes dans un temps où la politique doit changer. Doit se changer.

Bien à vous.

Tagué , , ,

En finir avec l’imposture du Front National

Manuel Valls a raison lorsqu’il a appelé « à reconstruire une grande partie de la République ». Il y a nécessité de rénover l’esprit républicain et de lui insuffler la vie qui lui manque. Cela est l’essentiel pour faire sombrer le Front National, naviral-amiral d’un mouvement politique qui s’est érigé, en symbiose avec la Russie de Poutine, en figure de proue anti-européenne. Lire la suite

Tagué , , ,

La trotteuse du jihad et le pendule de la révolution islamique

Depuis le 11-septembre 2001, avec plus d’éclat qu’auparavant, les terroristes nous tiennent au rythme de la trotteuse et dans la suspension du temps auquel nous fixent leurs attentats et les menaces pour nous faire oublier le grand mouvement pendulaire et ce qu’il dissimule derrière sa propre évidence géopolitique.
La révolution islamique ne dort pas. Les chiites d’Irak subissent deux attaques, l’une qui s’accomplit à visage trop découvert et l’autre à visage dissimulé. Résoudre la question syrienne ne résoudra pas la question d’ensemble que nous pose cette révolution si sûre de son intelligence. Elle doit être mise, à un moment ou à un autre, devant son échec.
Lorsqu’on a un doigt dans l’oeil, on ne recouvre pas la vue en se plantant un autre doigt dans l’autre oeil.
Bien à vous.

Tagué , , , ,

Versailles mérite mieux que des allégeances serviles

Un certain nombre de nos politiques, de droite comme de gauche, somment le gouvernement de renverser ses alliances en sacrifiant les pays du Golfe, l’Arabie Saoudite et la Turquie. Aucun sophisme – et il n’en manque pas à leur registre – ne parviendra à masquer pourtant ce que constituent les « inflexions » voulues. Elles nous préparent un Munich d’une nature inédite, car quel effondrement moral et physique est plus vaste que celui qui fait accomplir ce que les coups que vous portent un ennemi quelconque visent à obtenir de vous, et ce la fleur au fusil. Lire la suite

Tagué , , , , ,