Archives de Tag: Religion

La vie et le motif

Comment les médias rendent-ils compte de la réalité, ce qu’elle soit politique, sociale, humaine?
Nous avons enfanté un monstre froid et déshumanisé
Vue de là, la « psychiatrisation » du « dissident » est un des éléments caractéristiques du totalitarisme.
Shakespeare est un malade mental. Lire la suite

Tagué , , ,

Nul n’est prophète en son pays

La vérité seule sera réconciliatrice et de nature, par conséquent, à purger le monde de l’excès effroyable et sanguinaire de la violence djihadiste et de toutes les autres à venir.
Si nous acceptons le mensonge, les faux-semblants, si nous acceptons un statu quo bâti sur un socle bancal, alors il nous retombera dessus.
Ceci est valable pour la Syrie, comme cela l’est tout autant pour le régime qui asservit l’Iran à une révolution qui arbore fièrement son ambition islamique ou pour la Russie de Poutine qui s’est faite une spécialité de nager dans les eaux troubles.
Mais la vérité n’intéresse pas grand monde.
Est-ce la démocratie devenue médiatique qui nous écarte autant de ce goût alors qu’elle devrait nous y maintenir?
Peut-être. Lire la suite

Tagué , , , ,

Israël fait son espoir du désespoir des Palestiniens

La Commission européenne a validé ce matin l’étiquetage des produits fabriqués dans les colonies de Cisjordanie et de Jérusalem-Est. «Toutes ces mesures visent à établir une différenciation entre les articles exportés par Israël et ceux qui sont fabriqués dans des territoires occupés en violation du droit international», a justifié un diplomate cité par Le Figaro. Lire la suite

Tagué , , , , , ,

Le temps venu de renouveler toutes choses

Les temps les plus tragiques – et celui que nous traversons porte cette marque lugubre – sont aussi les plus éloquents.
Que dit notre temps? Des choses en apparence très contradictoires.

D’abord, il manifeste une grande peur. Elle s’exprime dans tous les domaines.
Nous avons peur de l’énergie et nous avons peur d’en manquer. Nous avons peur de la mort et nous avons peur de la vie.
Nous avons peur du soleil et des comètes. Nous avons peur de la nuit. Nous avons peur de ce que nous connaissons et de ce que nous ignorons. Nous avons peur d’aujourd’hui et de demain. Nous avons peur de la maladie et nous avons peur des médicaments. Nous avons peur de la beauté et nous avons peur de la laideur. Nous avons peur de nous-mêmes et nous avons peur de l’autre.
Nous réduisons ainsi la vie à une litanie muette qui bourdonne de regrets infinis et de desseins flétris.

Lire la suite

Tagué , ,

Et si nous parlions de civilisation

Une équipe de chercheurs chinoise a annoncé dans la revue scientifique Protein & Cell avoir procédé à une modification du génome humain au sein d’embryons humains, rapporte Le Figaro (lire article).
Il est probablement illusoire de penser, alors que les moyens de la science permettant aujourd’hui d’explorer les aspects initiaux du vivant sont disponibles, que seule l’éthique, par ses propres prescriptions, est en mesure d’en réfréner la tentation et l’enjeu que représente la connaissance de l’intimité des mécanismes liés au vivant, à l’établissement même de la qualité de l’individu et de sa diversité. Lire la suite

Tagué , , , ,

Au large de la Sicile, le nouveau radeau de la Méduse

Le radeau de La Méduse.

Faisant sien le sujet du naufrage de La Méduse et le sauvetage d’une partie des naufragés sur un radeau de fortune, Jean-Théodore Géricault en fait une documentation précise et une puissante allégorie, visible au Louvre.

Ce qui vient de se produire en Méditerranée, c’est le radeau de la Méduse. Mais La Méduse, ce n’est pas une frégate. C’est le vaisseau de l’Humanité qui sombre. Sans pitié pour ses naufragés.

Le presse s’émeut largement aujourd’hui de la tragédie qui s’est déroulée, mercredi, dans le détroit de Sicile. Le canot pneumatique, sur lequel avaient pris place une centaine de personnes, avait quitté le 14 avril la Libye pour rejoindre la pointe sud de l’Italie. Plusieurs d’entre eux, au motif qu’ils étaient chrétiens, n’arriveront jamais au bout de leur voyage.
La Méditerranée est devenue un cimetière marin. Elle est aussi un théâtre tragique et impitoyable qui engloutit, chaque année, des milliers de migrants et autant d’horreurs dont il n’est pas sûr qu’elles nous parviennent et nous atteignent chaque fois. Mais ici, c’est le cas. Le drame humanitaire se double d’un autre drame, celui de la haine inter-religieuse et, plus probablement, même si les faits devront être caractérisés, de la haine de naufragés musulmans contre leurs semblables chrétiens, venus du Ghana et du Nigéria. Lire la suite

Tagué , , , , , , ,

Les départementales de l’anti-mondialisation

Ils l’ont refait encore, dans une proportion significative, ce dimanche. Les Français pourront toujours voter pour les partis qui s’y déclarent opposés et préconisent de s’en protéger à l’extrême: la mondialisation est enracinée dans l’histoire humaine et elle est à l’oeuvre pour la  transformer.
Chaque élection en France est devenue un référendum indirect contre la mondialisation, ses effets et conséquences sur un pays aux 36000 communes et ses trois millions et demi de chômeurs. Pour nous, en Europe, la construction européenne, avec l’euro pour monnaie commune, est le niveau de notre accord à ce mouvement et sur la manière de l’enrichir économiquement et humainement.
Y en a-t-il un autre? Lire la suite

Tagué , , , , ,

Théorie des cercles et des enfants qui partout paraissent

Le type, il n’est pas con: il prend un compas, à moins qu’il ne l’eût déjà dans l’oeil autant que d’autres fourmillent de batailles asymétriques entre poutres et pailles.

Indifférent à l’indifférence et sapé à la Hugo Boss, Il cite copyright: “Lorsque l’enfant paraît, le cercle de famille s’agrandit”, et là d’un regard au pied des pyramides d’un bout de bois humide trace un cercle élargi.
-Comment ça, un cercle élargi?
-Comment comment ça?
-Est-ce à dire que c’est un cercle en élastique le premier cercle tracé sur le sable?
Je mesure toute l’objection. En quelque sorte, c’est plus compliqué et c’est plus simple, surtout si lui est donnée la faveur de danser le twist pour repousser ses frontières. Mais le twist, même à Saint-Tropez, c’est juste une indication d’origine comme une autre pour celui qui l’a dansé ou rêve même de le faire à la façon des derviches ou des jumpers.

Message subliminal du centre commercial “C’est la tendance qui fait fureur cette année aux États-Unis : le hula hoop”. Un avion sandwich, à moins qu’il ne s’agisse d’une comète, passe avec une banderole au dessus de l’horizon….

Pour revenir au cercle, il dit même que son entropie naturelle, une fois dissipé bien entendu les malentendus qui ne peuvent être que passagers, le porte à s’élargir.

-c’est donc, aussi et en même temps qu’il est simple, un cercle savant s’il emploie un tel mot pour désigner sa propriété.
Tangentiellement au propos ou, plus exactement, au rêve du propos, Dieudonné concède, sans préciser s’il parle du cercle ou de lui, que, s’il n’est pas con, il doit être un peu juif et ce simple cela le réconcilie derechef ou subito avec Elie.

D’accord, j’allitère un peu, mais ne vaut-il pas mieux allitérer que piétiner sa propre renommée car autant que comme on fait son lit on se couche et que qui dort dîne, la valeur de nos pieds est proportionnelle à la manière dont le poète les essuie.
-L’expression “A proprement parler » vient de là?
De la qualité du robinet et de celle du débit en quelque sorte ce sur quoi, en principe, les plombiers, et j’en compte pour amis, sont tenus de veiller.

-Au début il a bien fallu planter la pointe du compas quelque part pour que puisse être tracé le microsillon qui contient le périmètre des voix au chapitre réunies dans sa circonférence.
Nous sommes donc toujours sur le tourne disque ou y sommes revenus, si d’aventure nous l’avions quitté.
En définitive, oui.
Mais les sources sont nombreuses et la compilation très étendue.

Passage à relier dans la fonte inventée par Gustave Doré:

“Pour en revenir à la genèse du compas dont il est question de faire usage dans ce travail, il faut se souvenir que « Dédale » un Athénien issu d’une famille royale de Cercops a inventé l’équerre, c’était un architecte, sculpteur mais aussi versé dans les arts mécaniques, qui savait allier le génie esthétique à l’ingéniosité. On dit de Dédale qu’il sculptait des statues tellement vivantes qu’il fallait les enchaîner pour éviter qu’elles ne s’échappent ! On peut noter ici le paradoxe entre effectivement la rigidité, l’orthogonalité de l’équerre et l’impression de mouvement dont sont dotées les statues et qui sont aussi celles du compas.
Le compas serait attribué à Talcs, neveu de Dédale. Raoul Berteaux nous dit que le compas est au ciel ce que l’équerre est à la terre. En effet chacun de ces deux outils est muni de deux branches, celles du compas sont effectivement mobiles et concrétisent l’université du macrocosme et capable d’exprimer son ouverture d’esprit, alors que l’équerre est là pour nous rappeler à la rectitude.”
ledificcateur. net3078-6.html

-Mais qui dit théorie, dit machination
et qui dit machination, dit conspiration

-Oui oui, c’est incontestable, nos tourments n’ont pas de silence et parfois tant d’obscénité qu’il faudrait toute la soumettre à la technique de la fracturation hydraulique pour qu’en jaillisse le plus pur des pure malt.

Pas plus tard qu’hier, en effet, un professeur à l’école des barreaux de Paris s’est mis tout nu au centre de l’amphithéâtre pour brandir sa propre religion qu’il disait être dérivée du nudisme face à une jeune postulante qui l’avait agressée avec la pudeur de son voile.
Ses camarades, si j’ai bien lu ce qui en a été rapporté, ont fait écran pour protéger l’étudiante.
Je dois dire que je me trouve fort dépourvu d’explication car, à l’évidence, un homme ne se serait par dévoyé, par lui-même et de son propre chef, comme ce professeur l’a fait.
-Il y a donc probablement une main invisible qui agit?
C’est un soupçon à relier certainement aux facultés d’un hypnotiseur notoire qui s’est vanté le soir même à la télévision de sa faculté de placer tous sujets sous hypnose. Sors de ce corps! Vade retro satanas! Quel dessin animé tout de même pour celles et ceux qui ont eu à prés le même âge que moi à mon âge….

-Mais rassure-toi: il y a un agent secret quand même permanent pour assurer la protection du périmètre.
-Tu déconnes?
-Oui.
-Ce n’est pas un agent secret. C’est un agent de liaison.
On l’avait appris à l‘école de la République avant, par un ensemble de déclinaisons et de règles intangibles.
Son nom de code est ornicar.
Il apparaît dès qu’on interroge son Emplacement.

Plus je vois, et plus je ne vois, là où auparavant, je ne la voyais que partiellement, toute la grâce.
La laïcité doit en prendre de la graine?
Si elle veut, bien sûr, se cultiver.

Du cercle Pi se déduit une trinité et après la virgule, un infini qui n’a pas été mesuré et qui pourrait nous comprendre tous, les trois ténors aussi, s’il est infini.
Et tout cela tient d’un cercle.
Oui-oui, et par ricochet de ses petits ronds dans l’eau.

Tout revient donc aux rides du temps sur l’onde de nous mêmes. Le cercle, oui…
Mais tout cercle est-il parfait, même l »ovale?
On peut postuler en effet que tout cercle puisse être parfait sauf le nombrilisme, qui n’est pas un cercle, sauf quand on lui dépose un baiser en vertu de la loi des généralités et des Exceptions.
On a fait le tour?

-Euh! Y-a-t-il un cercle plus-que-parfait?
-Vous voulez dire superfétatoire?
-En fait, je ne sais plus ce que je veux vous dire… En fait, je veux dire quel est son rayon ou son diamètre, je m’y perds mes facultés de raison. C’est grave?
-Non, je vois donc que vous faites des progrès. Je pense que c’est un cercle péremptoire et plus simple que les autres qui a des visées expansionnistes.
Il se trace à partir du nombril de soi-même avec une vieille ficelle que si quelqu’un voudrait bien me prêter juste pour les besoins de la démonstration, et aurait pour distance celle de la plus faible des injonctions:

« Aimez-vous les uns les autres ».

-Monsieur, Monsieur, je peux être péremptoire moi aussi? Bien sûr Mohamed, mais sans les armes, parce que nous avons la même charge devant Il.
« Gardons-nous de nos amis, d’ennemis nous n’en avons point ».
Et pourquoi il sourit l’Autre là-bas.
Je crois qu’il se prend pour Bouddha.

Also sprach, too Zarathoustra.
Qui est celui qui nous a mis dans la cervelle qu’il ne fallait surtout pas être péremptoire?
Celui, toujours, qui craint le baiser mortel du dragon sur son âme apeurée.

Merci d’avoir écouté.

Bien à vous

Tagué ,