Archives de Tag: Russie

« Vulnérabilité des démocraties à l’âge de la mondialisation », bientôt publiée

804719_lcl_c14

Le processus de publication de mon ouvrage: « Vulnérabilité des démocraties à l’âge de la mondialisation » entre dans sa phase finale. Je procède aux corrections des épreuves avant de délivrer le Bon à Tirer.
Développée dans le plus grand des isolements, cette réflexion participe au concours de la Réflexion Stratégique 2016 organisée par le Conseil Supérieur pour la Formation et la Recherche Stratégique.
Ce n’est pas un objet littéraire.
Ne bénéficiant pas du moindre support médiatique et de promotion, si vous désirez le commander, chacun peut manifester son intention d’achat directement auprès de l’auteur.
L’ouvrage est mis en vente au prix de 10,50€, plus les frais de livraison.
N’hésitez pas à le réserver en me contactant directement ou en passant, aussitôt que le livre sera disponible, par le site de vente en ligne de l’éditeur: https://www.edilivre.com/.
Le lien d’accès à la commande sera précisé dès qu’il sera disponible.

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fvulnerabilitedesdemocratiesalagedelamondialisation%2Fphotos%2Fa.1293829803984555.1073741827.1293798600654342%2F1325435744157294%2F%3Ftype%3D3&width=500

Publicités
Tagué , , , , , ,

Poutine suspend un accord sur les stocks de plutonium militaire

Vladimir Poutine a signé ce lundi 3 octobre un décret suspendant un accord signé en 2000 et amendé en 2010 avec les Etats-Unis. Ce décret portait sur la limitation des stocks de plutonium destinés à la fabrication d’armes nucléaires et prévoyait alors que chaque camp devait éliminer 34 tonnes de plutonium. Selon Hilary Clinton, secrétaire d’Etat au moment de la signature de l’accord, dit du PMDA (Plutonium Management and Disposition Agreement),  les quantités disponibles étaient suffisantes cependant pour équiper 17000 armes nucléaires. [Source Tribune de Genève]

Vladimir Poutine ne considère apparemment pas, ou veut nous le faire croire, ce volume suffisant.
Le décret présidentiel souligne dans son préambule que cette décision est justifiée par « l’émergence d’une menace sur la stabilité stratégique, résultat d’initiatives inamicales de la part des Etats-Unis d’Amérique à l’égard de la Fédération de Russie ».

La Glasnost, avec sa succession continue de gestes bilatéraux pour le désarmement nucléaire, semble désormais a des années-lumières. En fait de transparence mutuelle, c’est à un jeu d’ombres périlleux que la Russie nous condamne en se posant, en permanence, dans un statut de victime.

Un statut de victime d’un impérialisme qui serait placée par conséquent dans la situation légitime de pouvoir défendre ses intérêts face aux Etats-Unis qu’elle avait placé, dans sa stratégie de sécurité nationale, en 2015, au rang des menaces. Tout comme l’OTAN, désignée en permanence comme l’ennemi qui créé la tension.

« La Fédération de Russie, en conduisant sa politique intérieure et étrangère de manière indépendante, entre en conflit avec les Etats-Unis et ses alliés, qui cherchent à maintenir leur domination dans les affaires internationales. », était-il écrit dans le marbre de la doctrine de sécurité nationale.

Un an après, un cran supplémentaire est enclenché. Poutine s’enferre sur l’Ukraine. Poutine s’enferre sur la Syrie. Et il s’enferre même s’agissant des conclusions de l’enquête sur la destruction, le 17 juillet 2014, de l’avion de Malaysian Airlines et de la mort de ses 298 passagers et membres d’équipage.

Il faut que craindre que la décision du Kremlin sur le nucléaire militaire marque un tournant  en terme de sécurité collective. Il dépasse la notion de la reprise de guerre froide et les questions de défense purement stratégique, aucun des dispositifs ne pouvant être pris au dépourvu.

Mais un de ses impacts non négligeables, au moment où la communauté internationale éprouve tant de difficultés à obtenir de la Corée du Nord, voire de l’Iran, du Pakistan ou de l’Inde, l’abandon de toute prétention en matière de prolifération nucléaire, tient au fait qu’un membre du Conseil de Sécurité de l’ONU s’affranchit des accords qu’il a lui-même signé alors qu’il dispose, à n’en pas douter, d’un potentiel de dissuasion suffisant et d’un droit de véto au Conseil de Sécurité de l’ONU pour se faire respecter, s’il ne s’agissait que de cela.

C’est plus qu’un accroc, c’est une porte ouverte sur l’inconnu avec la perspective, au bout des manoeuvres d’intimidation auquel concourt ce nouvel acte, du retour et de l’extension potentielle du régime de la terreur nucléaire.

 

 

Tagué , , ,

Nul ne pourra se laver les mains du sort d’Alep

yahiaLa honteuse majorité des personnes qui applaudissent la Russie, l’Iran et le régime de Bachar El-Assad engagés dans une offensive contre Alep sont au mieux des aveugles au pire des éléments d’une désinformation à grande échelle qui n’est pas sans conséquence puisqu’elle autorise, en ce moment sous nos yeux, un massacre à grande échelle.

Personne ne pourra s’en laver les mains. #Aleppo #Guernica Lire la suite

Tagué , , ,

En appelant au djihad global en Syrie, quels intérêts sert Al-Qaida

Comme cela avait été le cas dès l’engagement, fin 2015 de la Russie dans la guerre civile syrienne, Al-Qaida relance son appel à l’unité de l’ensemble des forces djihadistes. Cette fois-ci, outre Ayman Al-Wazahiri, qui a succédé à Oussama Ben Laden, le fils du fondateur d’Al-Qaida lance un appel, sous couvert, paradoxalement, de lutte contre les infidèles, à l’unification du combat contre le régime de Bachar El-Assad, toutes bannières confondues de Daech aux rebelles dits modérés.
Certes, la situation sur le terrain, marquée par un repli des positions qui avaient été gagnées avant l’irruption de la Russie dans le jeu, peut expliquer cette stratégie présentée comme étant « une question de vie ou de mort ».
Nous aurions cependant tort d’analyser cette appel à l’aune d’une sorte de djihad global.

Je crois surtout que Al-Qaida, à travers ce que je crois être un stratagème redoutablement pervers, en exhortant à partir de la frontière syrienne « à libérer la Palestine », ouvre un piège dans lequelles les forces d’oppositions pourraient être tentées de tomber. Et, même si elles ne le faisaient pas, cette rhétorique continue à servir Damas puisqu’elle jette sur elles une ambiguité qui permet au régime de Bachar El-Assad, aux Russes, de prospérer sur une ligne qui consiste à discréditer par ce biais les différents segments de l’opposition syrienne et à amalgamer ces forces-là au djihad. Lire la suite

Tagué , , , , ,

Le TAFTA est-il vraiment un ami qui vous veut du mal?

Nous sommes à l’heure du grand Croque-Mitaine. Il porte un nom, le TAFTA, et son acronyme est désormais fantasmé par un grand nombre de citoyens auxquels on fait croire, avec succès, que ce traité est nocif et qu’il constitue un complot dirigé contre eux par les élites européennes.

Depuis que le président des USA, Barack Obama, est venu dire à Hanovre le 25 avril 2016, son attachement à ce traité, en insistant sur le fait que la fenêtre d’adoption se réduisait insistant pour que cette négociation, entamée en 2013, aboutisse d’ici la fin de l’année, l’opposition se fait plus virulente. Il ne s’agit pas d’aboutir au plus équitable des traités, il s’agit d’enterrer la perspective d’une zone de libre-échange qui permettrait d’insuffler, de part et d’autres de l’Atlantique, de précieux points de croissance et de dynamisme et, pour cela, de lever toutes les peurs possibles et imaginables.
Elles se bousculent au portillon.

Greenpeace portera-t-elle le coup de grâce. C’est  apparemment ce que cette Organisation Non Gouvernementale, allant au delà de sa vocation d’origine qui regardait la protection de l’environnement, entend faire en annonçant qu’elle publiera  248 pages de documents confidentiels du projet d’accord de libre-échange commercial TTIP (ou TAFTA). Elle a annoncé dimanche que ces pages « confirment les menaces sur la santé, l’environnement et le climat ». Lire la suite

Tagué , , ,

Faut-il un droit de la presse particulier en état d’urgence?

Même si le débat constitutionnel est refermé, je me demande dans quelle mesure l’état d’urgence, correspondant donc à une série de mesures adoptées pour faire face à une menace lourde et sombre qui pèse sur nous, ne devrait pas aboutir à une limitation, un encadrement, de la liberté de la presse, tout comme, finalement, à une limitation de la démocratie directe. Il me semble évident, aujourd’hui, que des forces nourrissent et instrumentalisent avec une vigueur redoublée le potentiel que leur offre ces vecteurs et ces forces y renonceront d’autant moins que la société qui prétend se défendre donne l’image d’une société qui se désagrège et perd le nord. Lire la suite

Tagué , , , , ,

Les poisons de la propagande

La propagande russe, sur Internet, est infecte.
Elle mérite cependant d’être regardée car elle nous renseigne, finalement, sur les axes d’attaque qui ont été choisis.
Ce groupe, qui se revendique comme pro-Russe, anti-Européen, et francophone, effectue un travail de sape précis. Il alimente, avec des éléments qui sont déterminés moins par le hasard de l’actualité que par une stratégie, une guerre de l’information en attisant tous les mécanismes de haine et de ressentiments.

Lire la suite

Tagué , , ,

Filets et entre-filets de l’anti-terrorisme

Reconnaissons que de telles choses sont trop fréquentes pour qu’on leur accorde autre chose qu’un intérêt limité. Cependant, en moins de quinze jours, un tribunal de New-York condamne, le 10 mars dernier, l’Iran pour complicité dans les attentats du 11-09-2001 et le chef des Services de Sécurité Ukrainiens (SBU), le 22 mars, soupçonne la Russie d’être compromise dans les attentats de Bruxelles.
Dans le cas du jugement new-yorkais, le magistrat s’appuie sur un dossier solide, des  auditions, des pièces déclassées, et a statué au terme d’une procédure qui s’est déroulée sur plusieurs années, en faveur d’une thèse plaçant l’Iran au centre d’une vaste conspiration. Lire la suite

Tagué , , , , , ,

Le sacrifice d’Alep ne doit pas avoir lieu

Nous devons prêter une attention redoublée à la convocation militaire à laquelle la Syrie, la Russie et l’Iran, à travers les forces qui sont dédiées à la Révolution Islamique, se prêtent auprès de l’Arabie Saoudite et de EAU qui se disent prêts à dépêcher des troupes aux sol.
Le régime syrien, auquel la Russie apporte une décisive contribution, comme le général Mahamad-Ali Jafari promettent que les soldats qui violeront la souveraineté du sol syrien (sic) reviendront entre quatre planches et mettent au défi les Etats du Golfe de passer des paroles aux actes.
«Ils [Les Saoudiens] ont émis une telle affirmation mais je ne pense pas qu’ils soient assez courageux pour le faire… Même s’ils envoient leurs troupes, elles seraient certainement détruites… ce serait un suicide», a fait savoir Mohammad Ali Jafari.
Il y a derrière cela une stratégie dont cDamas, Moscou et Téhéran pensent pouvoir se répartir les futurs intérêts.
Ils doivent savoir qu’ils n’en tireront aucun.
Je note, pour disposer de quelques amis facebook présents à Alep, que certains d’entre eux pointent l’alliance objective qui unit Daesh et le régime de Bachar El-Assad qui assurent conjointement le siège d’Alep plutôt de se livrer à la guerre contre le terrorisme, qui était censée être l’objet de l’intervention de la Russie de Poutine.
Les événements témoignent que cela appartient – comme les flux de réfugiés provoqués et dont la gestion de la Turquie jusqu’à Calais, Cologne, etc, provoque une déstabilisation délibérée des démocraties européennes et menace l’UE – à un autre registre.
J’ai, pour ma part, développé cette analyse. Non seulement je le la crois pas si éloignée de la réalité mais je pense qu’elle la rejoint davantage que celle que forment les nuées d’experts.
Alep ne doit pas mourir et écraser sous ses décombres et ses morts la vérité de ce désastre pitoyable ainsi que les arrière-pensées stratégiques qui l’ont animé et qui ont été tenues en échec.
Le jeu est complexe, mais je crois que Téhéran peut changer de pied.
La Révolution Islamique est de moins en moins la nation iranienne et ses agissements se retourneront contre elle.
Quant à la Russie de M. Poutine, il est temps qu’elle poursuive autre chose qu’une conquête géo-politique qui finira par l’épuiser davantage qu’elle n’épuise ceux qu’elle agresse.

https://enattendantlarenaissance.wordpress.com/2015/11/17/sauver-bachar-el-assad-a-tout-prix-pourquoi/

Tagué , , , , ,

Ce que dit surtout la fatwa saoudienne contre le jeu d’échecs

Le jeu des échecs est donc un péché et contraire à l’Islam. La fatwa du grand mufti saoudien, le cheikh Abdulazziz Bin Abdullah, prononcée au cours de son émission télévisée, est rapportée par la presse qui se délecte, avec notre regard occidental, de pouvoir témoigner d’une culture arriérée.
Cet interdit, qui n’a pas force légale,  est d’autant plus déroutant a priori que ce jeu a été inventé par les Perses et a été introduit en Europe par les musulmans au Ve siècle. Lire la suite

Tagué , , , , , ,